Locmariaquerblason locmariquer

   

    Locmariaquer est une commune située au sud ouest du golfe du Morbihan. Les communes limitrophes sont Crac'h et Saint Philibert. Son nom vient du breton, loc (ermitage, monastère, lieu consacré à), maria (Marie) donc monastère dédié à Marie, puis Kaer (en vieux breton, ville ou lieu fortifié) fut rajouté lors de la disparition de la paroisse originelle au profit d'un territoire plus vaste. Locmariaquer compte environ 1700 habitants, ils sont nommés les locmariaquéroises et locmariaquérois.

 

 

locmariaquer bourg bretagnesite

 

Un peu d'histoire:

 

    L'activité du territoire au néolithique fut important, de nombreux et magnifiques mégalithes en témoignent (voir photos plus bas). Durant l'époque vénète, un établissement y a été créé ainsi q'un port de commerce important. La conquête romaine vers -50 av JC n'affaiblira pas le développement de la cité, puisque des vestiges imposants ont été découvert comme des ruines d'un amphithéatre de plus de 5000 places!! (cimetière actuel), d'un temple, therme, des villas..., la ville se serait peut être appelé "Vindana Portus". Après la chute de Rome, ce sont les bretons qui investissent les lieux, marquant la région par leur culture et leur langue. Vers 854, le roi breton Erispoé fait don du territoire à l'abbaye de Redon. L'invasion normande ravage le pays à partir de 919. Au début du XIè siècle, la paroisse s'enrichit grâce aux dons de la seigneurie des Kaër à l'abbaye, c'est aussi à cette époque que les moines de Quimperlé vouent le lieu à Marie, lui donnant le nom breton de "Locmaria". Le territoire appartenant à la seigneurie de Kaër, Locmaria se transforma alors en locmaria Kaër. En 1548, Locmariaquer est détruit par une flotte anglaise comprenant 24 vaisseaux et 12 frégates. Après avoir pillé Hoedic et houat, les anglais attaquaient le bourg et emportaient tout ce qu'ils trouvaient de mieux tout en brûlant la majeure partie des maisons. Il n'y eut qu'un navire français qui se présenta devant cette flotte, il lutta avec acharnement avant d'être pris. Puis viennent les rochelais qu'une milice de plus de 3500 habitants refoulent à la mer. En 1665, il fut un moment question d'établir à Locmariaquer les chantiers de la compagnie des Indes, mais Colbert (Ministre de Louis XIV) donna la préférence à Port Louis et à sa rade dont les courants sont moins violents que ceux du golfe du Morbihan. Les anglais débarquent à nouveau vers 1761 durant la guerre de sept ans et y restent deux années. Locmariaquer est érigé en commune en 1790, elle englobait autrefois Saint-Philibert qui s'en détache au XIXè siècle. Les activités comme la pêche ou transports de marchandises contribuèrent à la richesse de la commune au XIXè, des centaines de navires alors profitèrent de l'anse abritée pour faire relâche avant de remonter les rivières d'Auray et de Vannes. Aujourd'hui Locmariaquer vit paisiblement en hiver et connait un afflux important de touristes l'été, de nombreux chemins de randonnées vous permettent de visiter cette très jolie commune.

 

    Pratiquement tout le littoral morbihannais est jalonné de monuments mégalitiques dressés lors de la période néolithique (-5000 à -2000 av JC), comme à Carnac, Gavrinis, Arzon... Locmariaquer dispose d'un nombre important de ces bâtisses préhistoriques dont notamment le monumental menhir brisé (photo ci-dessous à gauche), sa taille à l'origine fut de 20m30 et pesait environ 350 tonnes. A proximité se trouve la table des marchands (photo ci-dessous à gauche), elle est constituée d'une chambre funéraire ainsi que d'une stèle décorée haute de 2 mètres, et le tumulus d'Er Grah, ou a été mis à jour des traces de foyers, de poteries. Cet ensemble fut à l'origine agrémenté de 18 autres dolmens démantelés curieusement peu aprés leur érection et réutilisés par la suite dans la construction d'autres dolmens et tumulus des environs. Ces trois monuments sont visibles sur le site des mégalithes situé à proximité du bourg, un musée ouvert à l'année vous explique l'histoire de ces incroyables bâtisseurs. Toutes ces constructions ont été classées monuments historiques en 1889.

 

 grand menhir brise locmariaquer bretagnesite      cairn table des marchands bretagnesite

 

Voici d'autres remarquables monuments néolithiques

 Le Mané Rethual

 

dolmen mane retual locmariaquer bretagnesite

 

 

 

    Il est situé à proximité du site mégalithique. C'est une allée couverte menant à une vaste chambre. La dalle surplombant le batiment vient d'une construction antérieure, peut être celle du démantelement des dolmens expliqué dans le paragraphe ci-dessus.

 

 

 

 

 

non loin de la, vous trouverez le Mané Lud,

 

mane lud locmariaquer bretagnesite

 

 

    C'est un vaste ensemble constitué d'une tombe à couloir. L'originalité est qu'une habitation cotoie le monument.

 

 

 

 

 

 

 

    En descendant plus au sud, s'érige le dolmen des pierres plates, il est constitué de deux chambes reliées par une allée coudée ou en équerre. Les parois sont couvertes de nombreuses gravures. Ce monument est un des plus récents de l'époque néolithique.

 

les pierres plates locmariaquer bretagnesite

 

    er hourel locmariaquer bretagnesite

 

    Plus à l'ouest, à la pointe de er Hourel, se trouve un monument homonyme. Il est composé de vestiges d'une tombe à couloir, de trois pierres verticales et d'une dalle de couverture effondrée. La position sur la grève est trompeuse, le niveau de la mer à cette époque était située six mètres plus bas qu'aujourd'hui et donc le rivage éloigné de plusieurs centaines de mètres. Ces bâtisses étaient donc construites sur des hauteurs. Er Hourel, par sa position et sa forme peut être comparé au dolmen de Pen Liosse situé sur l'île d'Arz.

 

 

 

 

Quelques lieux à visiter:

 L'église Notre-Dame de Kerdro

 

Elle fut édifiée entre 1082 et 1120 par les moines de Quimperlé, elle a été modifiée au XVIIè et XVIIIè. Du bâtiment originel, il reste le carré du transept et le choeur, les deux ont été inscrits aux monuments historiques en 1925. Les vitraux actuels datent de 1960.

 

 eglise notre dame locmariaquer bretagnesite          eglise saint anne cote locmariaquer bretagnesite

 

Chapelle Saint Michel

chapelle saint Michel   

 

 

    Elle se situe non loin de l'église de Notre-Dame. La chapelle a été construite par M.Robien, baron de Kaër en 1749. Celui-ci acquit l'ancienne chapelle bâtie ègalement au même endroit qu'un ancien temple gallo-romain dédié à Teutatis. L'autel et le retable de la chapelle date du XVIIIè. La chapelle accueille régulièrement des expositions d'artistes.

 

 

 

 

 

 

 

Chapelle saint Pierre

 

    La chapelle date de 1172 et a été remaniée en 1925 et 1975. Elle aurait été construite à l'origine pour le repos des âmes naufragés, nombreux à cette époque. Elle se trouve au sud ouest de la commune au petit village de Saint Pierre Loperec.

 

chapelle saint pierre locmariaquer bretagnesite

 

 

Chapelle du Moustoirchapelle du moustoir locmariaquer bretagnesite

 

   

    Celle-ci est plus récente, sa date de construction est 1883, elle a été restaurée en 1925 et 1987. La chapelle est située au nord est de la commune au bord de la rivière d'Auray. Elle est dédiée à saint Gildas. La chapelle abrite la sépulture du Père Claude Philippe, prêtre réfractaire décédé en 1797.

 

 

Croix des fleurs

 

croix des fleurs locmariaquer bretagnesite   

 

 

    Elle est située au sud du bourg. La croix a été erigée au XVIIè. A priori, une procession pour la bénédiction des semences s'arrêtait au pied de cette croix. Chaque ferme apportait alors une partie du grain à semer qui après bénédiction était mélangé à l'ensemble des semences. Cela donnait l'assurance d'une récolte future abondante.

 

 

 

 

 

 

 

 

Port Navalo vu de Locmariaquer

 

port navalo locmariaquer bretagnesite

 

Statue de la Vierge , Notre-Dame de Kerdro

    La statue a été érigée sur les rochers à la pointe de Kerpenhir en 1962. Celle-ci a été scupltée dans le granit par Jules-charles Le bozec dés 1946 mais a séjourné auparavant pendant seize ans dans l'église Notre-Dame. La statue remplace une ancienne située au même endroit depuis 1883 mais détruite ainsi qu'un fort par les allemands durant l'occupation.

 notre dame de kerdro locmariaquer bretagnesite

    La statue évoque la légende de Notre-Dame de Kerdo "bon retour" en breton. La vierge serait apparue à cette endroit à un bateau de pêche franchissant l'embouchure du golfe, lui faisant signe de faire demi-tour. Rentré au port, l'équipage aurait ainsi échappé à une forte tempête qui aurait coulé d'autres navires.

     Depuis 1988, une statue de saint Anne, mère de Marie, est érigée sur la pointe de Bilgroix à Arzon, de l'autre côté de l'entrée du golfe du Morbihan.

 maisons bord du golfe locmariaquer bretagnesite

 

 

Port de Locmariaquer

    Le port de Locmariaquer contient un emplacement plaisancier pouvant contenir 230 places et 455 mouillages (photo à gauche), et une cale (photo à gauche) réservée entre autre aux compagnies maritime du golfe du Morbihan.

 

port locmariaquer bretagnesite    port embarquement locmariaquer bretagnesite

 

Les huîtres

    Les bancs naturels d'huîtres plates étaient nombreux à l'embouchure de la rivière d'Auray mais sépuisèrent petit à petit vers le milieu du XIXè. Sous l'impulsion de Napolèon III, fervent amateur du mollusque, l'étude de la culture de l'huître était lancée. Quelques années plus tard vers 1880 les premières concessions, en rivière d'Auray furent délivrées. Après 1927, Locmariacqer se spécialise surtout dans la reproduction et le demi-élevage. Marennes à côté d'Oléron mais aussi les Pays-bas et la Grande-Bretagne sont clients. L'industrie ostréicole est alors prospère: 350 à 400 personnes travaillent dans les chantiers et parcs. Mais, en 1973-1974, l'huître plate du golfe du Morbihan se trouve décimée, voire anéantie par deux parasites. C'est alors qu'est introduite la culture de l'huître creuse d'origine japonaise "Crassostrea gigas". Celle-ci dans le golfe a su acquérir une saveur spécifique. Aujourd'hui, l'élevage de l'huître plate se fait essentiellement en baie de Quiberon, mais elle revient progressivement localement aprés des années noires. Locmariaquer comporte actuellement 21 entreprises ostréicoles produisant chaque année environ 3000 tonnes d'huîtres. vous pouvez les déguster en direct parmi les nombreuses cabanes à huîtres comme celle sur la photo de droite.

 

parc huitre locmariaquer bretagnesite          cabane huitre locmariquer bretagnesite

 

La fête de l'huître de Locmariaquer se déroule traditionnellement l'avant dermier dimanche d'aoüt.

 

Moulin de Coët Corzo

 

moulin de couete courzo locmariaquer bretagnesite

 

 

 

    L'édifice se situe au nord est de la commune, à l'entrée de l'étang de Coet Corzo et date du XVIè, il a changé plusieurs fois de propriétaire. Le moulin a été exploité jusque dans les années soixante.

 

 

 

 

 

 

Anse du Toul Keun et digue de Breneguy

 

    L'anse se trouve dans le sud de la commune. C'est un abris naturel pour certains bateaux. A côté vous trouverez la digue de Breneguy qui permet le maintien du marais du même nom. Cette jolie digue vous permettra de rejoindre à pied la pointe er hourel pour une agréable balade sur la côte de Locmariaquer. La digue date du XIXè et est reconstruite au XXè.

 

      pont digue de brennegui bretagnesite     anse de toul keun

 

 

Locmariaquer dispose de très belles plages.

 A l'est la plage de valy                                                                     La grande plage au sud

 plage valy locmariaquer bretagnesite        grande plage locmariaquer bretagnesite

 

 La plage saint Pierre à l'est                                                           Blockaus joliment décoré sur la plage saint Pierre

 plage saint pierre locmariaquer bretagnesite        blockhaus locmariaquer bretagnesite

 

 Voir Sources

NOYALOblason noyalo

 

    

 

 

 

     Noyalo est une commune du Morbihan (56) située au sud-est de Vannes, et à l'est du golfe du Morbihan. Son nom viendrait d'un pluriel breton noialou lui-même issu d'un mot gaulois novioialon qui signifierait "la nouvelle clairière", dont Noyalo serait "la terre nouvellement défrichée". Noyalo compte environ 800 habitants nommés les noyalaises et noyalais.

 

Un peu d'histoire:

 

     L'occupation du territoire de Noyalo remonte à la plus haute antiquité, en témoignent les stèles de l'âge du fer (que je n'ai pas trouvées :-() et les tronçons de la voie romaine Nantes-Vannes avec son raccordement vers Port-Navalo. Les bretons se sont installés vers le Viè siècle. Au début du deuxième millénaire, Noyalo est séparé de Surzur et, vers 1450, les revenus de la paroisse sont affectés aux chanoines de Vannes pour l'entretien de la psalette qui fournit des enfants de choeur pour les offices de la cathédrale. Au début de la révolution française, Noyalo devient commune à part entière, mais celle-ci ne l'aura pas épargnée: l'église a été pillée, ses cloches enlevées. Le recteur Joseph Eon qui refusa le serment prescrit par la constitution civile du clergé s'est exilé en Espagne en septembre 1792 et n'a retrouvé sa paroisse qu'en octobre 1802. La paroisse du Hézo fût rattachée à Noyalo, brièvement en 1808. En 1891 la population était de 380 habitants.

 noyalo bretagnesite

 

Quelques lieux à découvrir:

 

L'église saint Anne

 

     L'église de sainte-Anne a été édifiée sur l'emplacement de l'ancienne église. La construction de l'édifice a commencé au XVIIIè et s'est par la suite déroulée en plusieurs étapes, 1818-1819 pour l'édification du choeur et du transept, et 1855-1857 pour la nef et le clocher. Le tableau central du rosaire, daté de 1904, est de l'artiste vannetais Laumonnier. Les vitraux ont été posés en 1951.
L'église primitive était placée sous le patronage de sainte Brigitte, Berhed en breton. Dans la commune il existe un lieu-dit "Birhit" transformé du breton Berhed et donc Brigitte en français, c'est le nom d'une légendaire abbesse d'Irlande qui aurait vécu aux Vè et VIè siècles. Très vénérée dans le Morbihan, elle était priée par les femmes en couches, mais étendait aussi sa protection aux étables et, surtout, aux truies. Elle est donc l'objet d'un culte lié à la maternité et aux activités agricoles.
 

eglise Saint Anne noyalo bretagnesite              egilsa saint anne noyalo bretagnesite

 

 Croix de la chapelle Notre Dame de Recouvrance

 

Croix en fer bourg noyalo bretagnesite

 

 

 

 

     Vous trouverez cette croix au carrefour des routes de Surzur et de Sarzeau. C'est une croix en fer forgé, assez exceptionnelle dans le Morbihan, qui rappelle le souvenir de la chapelle Notre Dame de Recouvrance établie au même endroit et rasée en 1874. Cette croix est l'oeuvre de Monsieur Lussiez, résidant autrefois à Noyalo et artisan serrurier à Vannes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Croix du cimetière

 

 croix chouans noyalo bretagnesite

     Elle se trouve au milieu du cimetière de Noyalo, elle date du XIXè. Elle remémore le souvenir d'une des dernières exactions des chouans, celle-ci s'est déroulée le 27 mai 1815. Une vingtaine de chouans, embusqués dans les maisons du pont de Noyalo, empêchèrent alors une colonne militaire de passer, pour se rendre dans la presqu'île de Rhuys. La croix porte le coeur vendéen.

 

La fontaine route de Surzur

 

fontaine route de surzur noyalo bretagnesite

 

 

 

 

     Cette fontaine est érigée sur le côté droit de la route de Surzur, elle porte sur son linteau très aplati la date de 1760. C'est un édifice quadrangulaire à deux colonnes à chapiteaux qui supportent un dôme assez court, de facture comparable à ceux de Surzur ou du Hézo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fontaine Guéhec

 

     Elle est située au sud-ouest de la commune sur un emplacement très agréable qui comprend également un lavoir restauré. La fontaine Guéhec date de 1869. Sa structure est également comparable à la fontaine de la route de Surzur.

 

 fontaine noyalo bretagnesite              lavoir noyalo bretagnesite

 

 

Le moulin à marée de Kerentrech

 

 moulin a maree noyal kerentrech noyalo

    

      Le moulin est le bâtiment le plus connu de Noyalo car le plus vu via départementale reliant Vannes à la presqu'île de Rhuys. Celui-ci a été construit à l'entrée de l'étang naturel de Noyalo. Une première trace de son existence est précisée par un acte de vente du 26 avril 1460. Pendant plusieurs siècles son activité a été importante, équipé de deux roues extérieures  et fonctionnant avec le flux et le reflux de la marée. Le moulin de Noyalo est cité par Dubuisson-Aubenay dans son itinéraire de 1936: "Les charrois vont passer une digue ou chancée à pont et moulins qui est fort étroite, et s'appelle passage de Noyalo." Le lieu-dit "Kerentrech" signifie "Village du passage". On trouve ce type de moulin dans plusieurs points du littoral morbihannais, car il apportait grâce aux marées des revenus réguliers et lucratifs à leurs propriétaires. Le moulin est arrêté définitivement en 1923. Progressivement, il est laissé à l'abandon et est détruit en 1962 lors de l'élévation de la digue pour créer l'étang actuel. C'est en 1990 que la décision est prise par le conseil municipal de le reconstruire et au cours de 1991, il est rebâti sur ses fondations d'origine avec une architecture sans doute plus proche du moulin originel.

 

pont de noyalo bretagnesite

 

Route de noyalo

 

route nationale noyalo bretagnesite

 

 

 

     Cette route (D-780) plus rapide pour rejoindre Vannes à la presqu'île de Rhuys a été construite dans les années soixante sur l'ancienne entrée de l'étang de Noyalo aprés l'élévation de la digue pour créer l'étang actuel. Si bien qu'entre le pont ou se trouve le moulin et la route nous trouvons un mini étang avec un ponton devenu complètement inutile.

 

 

 

  

Île du château ou Inizen

 

 ile du chateau ou inizen noyalo bretagnesite

     Noyalo compte une île dans le golfe du Morbihan, cette île n'en est plus vraiment une car vous pouvez vous y rendre à pied par l'intermédiaire d'une digue. Cette presqu'île se trouve à l'ouest de la commune. Pour y accéder il vous faut vous rendre dans le lieu-dit de l'Île où vous trouverez de magnifiques bâtisses datant du XVIè et du XVIIè.

 

 

 

 

L'étang de Noyalo

     En 1962, ce nouvel étang a été créé à partir de l'ancien pour fournir l'eau nécessaire à l'usine Michelin qui s'implantait à Vannes. L'étang de Noyalo s'étend sur les communes de Noyalo (58 hectares sur 67), de Theix et une infime partie appartient à la commune de Surzur. L'étang est alimenté par plusieurs ruisseaux. Aujourd'hui, la gestion de ce plan d'eau, a été concédée à la ville de Vannes. L'étang de Noyalo contient 2 millions de mètres cubes d'eau. Il s'agit de la principale source d'approvisionnement en eau potable de la ville de Vannes: 40 à 50% de l'eau distribuée dans la commune provient de Noyalo. L'étang exporte une partie de sa production d'eau potable vers les communes du littoral, en particulier celles de la presqu'île de Rhuys, pendant l'été, lorsque la fréquentation touristique augmente les besoins.
Sur le pont de Kerentrech, les pêcheurs viennent régulièrement pour la pêche au vif (sandre et brochet). La pêche en barque y est interdite. En 1992, un passage a été aménagé sous la route D 780 à fort trafic routier, pour permettre la circulation des loutres de l'étang à la rivière de Noyalo.
 

etang de noyalo bretagnesite             etang noyalo bretagnesite

 

Sources

L'île d'Arzblason ile darz

 

 

 

 

     L'île d'Arz est une commune située dans le golfe du Morbihan (56) à 6 km de Vannes et environ 20 minutes en bateau du continent. L'île d'une forme étoilée se trouve à l'Est de l'île aux Moines. Sa superficie est est de 330 hectares. Son nom signifierait île de l'ours en vieux celte, art (art insula, ancien nom de l'île, mélange de celte et de latin) se serait transformer en arzh avec l'arrivée des bretons. Beaucoup de communes aux alentours portent le suffixe "Arz", Arzon, Arzal etc... Le nom actuel de la commune en breton est enez Arh. Sa population est d'environ 250 habitants, ils se nomment les Ildaraises et les Ildarais.

 

ile arz bretagnesite

 

Un peu d'histoire:
 

     L'île d'Arz était peuplée dès l'époque préhistorique comme en atteste la présence de nombreux monuments en plusieurs points de l'île dont ledolmen pen liousse bretagnesite dolmen de la pointe de Pen Liousse (voir photo à droite). Les romains ont par la suite investi les lieux interessés par la fertilité des terres, puis les bretons sont arrivés vers le Vè. En 1008, le Duc Geoffroy de Bretagne fait don de la moitié Sud de l'île à Saint Félix, abbé de Rhuys, les moines y batissent alors un prieuré et l'église Notre Dame qui sert de paroisse. Le moines font venir des colons pour la majorité de la Presqu'île de Rhuys. En 1033, Alain III, Duc de Bretagne, fonde un second prieuré pour l'abbaye féminine Saint-Georges de Rennes à laquelle il donne la moitié nord de l'île. Ces deux prieurés exercent leurs droits de haute, moyenne et basse justice sur les habitants de leur fief respectif et possèdent leur moulin, ce qui est source de nombreux procès entre les îliens et les religieux. Vers 1500, l'abbaye de Saint Georges acquit une partie des terres de Notre Dame. En 1790, Arz devenait une commune et ce fut la fin de la domination éclésiastique sur l'île. Depuis la fin du XVIIIè jusqu'au début du XXè, l'île d'Arz vécut principalement de l'activité maritime, les hommes servaient dans la marine et ont contribué à la prospérité du commerce vannetais d'où le surnom de l'île aux capitaines, les femmes restaient sur l'île pour cultiver la terre. Au plus fort de cette période l'île comptait plus de 1200 habitants dans la deuxième partie du XIXè. Aujourd'hui, l'île vit majoritairement du tourisme et compte 260 habitants l'hiver et plus de 2500 personnes l'été!! Le nombre de visites atteint les 200 000 pendant l'été. L'île propose de magnifiques sentiers côtiers qui vous feront admirer les beautés du golfe du Morbihan. Mais il existe également d'autres activités comme l'ostéicultures et agricole ou de jeunes producteurs sont venus s'installer au début des années 2012 pour y promouvoir la culture bio. La fameuse école de voile les Glénans posséde également une installation sur l'île.

 

arz bretagnesite

 

Quelques lieux à visiter:
 
 L'église de la nativité de Notre Dame
 

     L'église date du XIè mais a été rebâtie en 1396, puis plusieurs fois restaurée dont la dernière en 1990. Son clocher a été abbatu par une violente tempête en 1900, mais reconstruite depuis. Le bâtiment possède douze chapiteaux sculptés datant du XIIè. L'actuel choeur et chevet datent de 1553. L'église est classée monument historique depuis 1962.

 

eglise notre dame arz face est                                    eglise notre dame arz bretagnesite 

 

 Le Prieuré

     La première fondation date de 1008, Saint Félix, alors Abbé de Rhuys ordonne sa construction. La bâtisse a été reconstruite au XVIIè. Le prieuré fut sécularisé durant la révolution, jusqu'a devenir aujourd'hui , la mairie et l'école del'lîle. Le bâtiment est classé monument historique en 1979.

 

ancien prieure arz bretagnesite

 

Photos du bourg de l'île d'Arz et ses rues étroites.

bourg arz bretagnesite                          centre bourg arz

 

Croix datant de 1927 située à l'entrée Ouest du bourg.

 

croix entree bourg arz bretagnesite

 

Le manoir de Kernoël
 
     La première construction du manoir date du XIIIè, depuis plusieurs restaurations ont été entreprises, au XVè, XVIIè et XXè. Le bâtiment fut le siège d'une ancienne seigneurie appartenant en premier lieu à la famille de Kernoël, puis celle de Hamon jusqu'au début du XVè. Au XVIIIè, le manoir qui relevait de l'abbaye Saint Georges fut saisi et dévolu à guillaume Court. Un siècle plus tard, la famille Du Guernic pris possession des lieux, et en 1790 l'un des descendants Jean du guernic devenait le premier maire de l'île mais il fut tué par les chouans en 1800. Au XIXè, la manoir avait une vocation agricole et devanit la plus grande ferme de l'île. Aujourd'hui, la manoir de Kernoël est une propriété privée.

 

manoir de kernoel arz bretagnesite

 

Maisons de marins

 

maison de marin arz bretagnesite 

    Les anciennes demeures sont particulierement bien conservées sur l'île d'Arz. Ces maisons sont du même style que celles de Séné et de la presqu'île de Rhuys. La maison ci-dessus date du XVIIè et est située au jolie village du Penero au Nord de l'île.

 

Moulin  à marée
 
      L'île comportait plusieurs moulins à vents et marées, aujourd'hui deux sont encore visibles, celui à vent du Béluré qui se situe à quelques mètres de l'embarcadère et celui à marée du Berno. Ce magnifique moulin à marée date du XVIè, il a été restauré et remis en fonctionnement par quatre retraités bénévoles. A la fin juillet ou début août a lieu la fête du moulin avec un rassemblement de vieux gréements, banquet, chant de marins, feu d'artifice...
 

digue moulin a maree arz bretagnesite            moulin a maree de berno bretagnesite

 

moulin a maree arz bretagnesite 

 

La pointe de Bruel, Brouel, ou Brouhel
 
     Plusieurs pointes dessinent l'île d'Arz, dont celle du Beluré ou est situé l'embarcadère, celle de Liouse au Sud de l'île et la pointe de Bruel. La pointe de Bruel est située au Sud Ouest de l'île en face à 600 mètres de son homonyme de l'île aux Moines. Une légende raconte qu'au temps jadis, les îles etaient reliées par un étroit passage. Les habitants des deux futurs îles se détestaient, car les uns étaient marins et se considéraient supérieurs aux autres qui n'étaient que pêcheurs. Or, un jour un jeune homme d'Arz tombait follement amoureux d'une jolie fille de l'île aux Moines, les parents s'opposèrent au mariage et décidèrent de le confier aux moines. La jeune femme, malheureuse traversa tous les jours la chaussée pour aller chanter au pied du monastère. Le prieur implora alors Dieu pour que cela cesse, et un soir alors que la belle partit rejoindre son bien aimé, l'isthme fut submergé, les deux terres se séparèrent et la ravissante jeune femme périt noyer. Bon la légende n'est pas très joyeuse, et j'espère qu'elle ne vous empechera pas de profiter de la beauté des lieux :-). Il est a noter qu'une statue de la vierge est présente au bout de la pointe.

 

pointe de brouel arz bretagnesite

 

     L'île d'Arz dispose de plusieurs plages, dont celle du brouhel,  de Kerolan, de la fontaine de la Veria (photo à gauche) ou est située la seule fontaine d'eau douce de l'île et celle du Rudevent (photo à droite).

 

plage de la fontaine varia                                      plage de rudevent

 

     Après avoir passé la plage de Rudevent, vous pouvez apercevoir l'ancien emplacement des marais salants (photo à gauche), puis vous vous engagerez sur la presqu'île de Bilihervé à l'Est de l'île. A cet endroit les habitations y sont plus rares. Vous ne trouverez qu'un hameau qui était un ancien manoir du XVIIIè avant de devenir une ferme et aujourd'hui le centre de vacances des orphelins des douanes qui est en fait un centre de voile. Le chemin de randonnée est très agréable (photo à droite) d'ou vous pourrez apercevoir les îles Hur, Godes et la presqu'île de Rhuys en arrière plan.

 

ancienne saline arz bretagnesite                                    est arz Bretagnesite

 

     La commune de l'île d'Arz est composée de huit îles, Arz, Drenec Vraz, Drenec, Illuric, Lerne, Mouchiouse, spiren et Ilur ou Illur.
 
 Lerne                                                                                                       Drenec

ile lerne arz bretagnesite                ile Drenec arz bretagnesite

 

Piren                                                                                                           Mouchiouse

ile piren arz bretagnesite                  ile mouchiouse ile arz bretagnesite

 

     Ilur est la deuxième plus grande île apres l'île d'Arz. Sa superficie est de 41 hectares. Ilur est située au Sud de l'île d'Arz. Il est attesté que Ilur fut une paroisse après l'arrivée des breton au Vè, le niveau de la mer étant plus basse a cette époque, Ilur était donc rattachée à la presqu'île de Rhuys. Devenu une île du à la montée des eaux, Sarzeau remplaça Ilur comme paroisse et en 1615 l'île d'Arz annexa Ilur. En 1790, Ilur faisait partie intégrante de la commune de l'île d'Arz. A la fin du XIXè, une vingtaine de personnes peuplait l'île, aujourd'hui seul une personne reste à l'année pour entretenir l'île et son hameau.. Aux beaux jours, des moutons viennent brouter en toute quiétude les 27 hectares de prairies naturelle. Un pardon a lieu le premier dimanche du mois d'août avec une messe pour les marins. BretagneSite.com mettra en ligne bientôt des photos de Ilur ainsi que de son hameau.

Ilur

ile hur arz bretagnesite

 

Voir sources

Le Bono
 
     La commune du Bono de son vrai nom Bono est située au confluent de la rivière d'Auray et de celle du Bono au nord-ouest du Golfe du Morbihan. Le nom du Bono ou Bono pourrait venir du mot gallo" bon" qui signifie marécage ou du breton "Er Benew", la limite en français. Son nom breton est Ar Bonoù. La population du Bono est d'environ 2400 habitants et se nomment les bonovistes. La commune ne possède pas d'armoiries.
 
 
 Bienvenue au Bono BretagneSite
 
 
Un peu d'histoire:

Tumulus de Kernours Le bono Bretagnesite

 

 
     Le territoire fut occupée dès le néolithique, des vestiges de cette époque sont toujours visibles (Photo à droite - Tumulus de Kernous). Le domaine du Bono était la propriété des moines de Saint Gildas de Rhuys jusqu'en 1669 ou le chevalier Pierre de Montigny en prit possession. L'histoire du Bono se confond avec celui de Plougoumelen car le Bono n'en était qu'un des hameaux. Les distensions avec Plougoumelen commençaient dans le seconde moitié du XIXè, le territoire alors vivaient de deux activités, la pêche qui permit au Bono de connaître un important essor économique et démographique, et l'agriculture pour Plougoumelen. De plus, Le Bono était plus francisé que Plougoumelen restant lui très fortement bretonnant. En 1905, une pétition demandant l'autonomie du Bono fut soumise au conseil municipal sans suite. Il faudra attendre 1936 pour voir le Bono élevée en paroisse, et en 1945, le maire de Plougoumelen Joseph Le Clanche originaire du Bono, demanda au préfet du Morbihan d'ériger le Bono en commune, cela prendra finalement effet en 1947, Joseph Le Clanche en sera le premier maire.

 

 
 
 
Quelques lieux à visiter:
 
L'église paroissale Stelle Maris
 
    Etant dépourvue d'église, la commune du Bono décidait de construire la sienne. Commencée en 1956, elle a été achevée seulement en 1966 grâce aux dons des paroissiens. A l'intérieur, se trouve un retable en bois sculpté et peint datant de la fin  XVè et début XVIè.
 
eglise Stella Maris Le bono bretagnesite
 
 
 
La chapelle Notre Dame du Becquerel ou Béquerel
 
     La chapelle est située au nord-est du Bono en bordure de la commune de Plougoumelen. Pour visiter cette jolie chapelle, je vous propose de laisser votre voiture ou vélo à proximité du moulin de Kervilio et de parcourir le charmant petit sentier qui borde l'étang de Kervilio. La chapelle Notre Dame de Becquerel date du XVIè mais a été reconstruite au XVIè. Sa charpente est décorée de têtes de crocodiles et sur les sablières du XIIIè, XIVè vous pouvez observer différentes scènes ainsi que des animaux finement sculptés. Le bâtiment a été construit sur une source, probablement lieu de culte antique à qui on prêtait à cette eau une vertu curative contre les maux de bouche, une fontaine existe toujours située derrière la chapelle. Notre Dame de Becquerel était un ancien lieu de pèlerinage, ou on venait pour retrouver le corps d'un marin disparu ou avoir des nouvelles d'un proche parti au loin. La chapelle, l'enclos et le fontaine sont classés à l'inventaire des monuments historiques depuis 1925. Aujourd'hui de nombreuses manifestations ont lieu grâce notamment à une association de protection de la chapelle.
 
chapelle Notre Dame de Bequerel le bono Bretagnesite
 
 
 
Moulin à marée de Kervilio
 
     Le moulin se trouve au Nord de la commune à proximité de l'anse de Vraouzec. En 1455, les seigneurs De Pontsal et de Kervilio s'entendent pour édifier un moulin sur la rive gauche du Bono. Le moulin est adossé à une digue d'environ 90 mètres, barrant un étang d'eau douce et d'eau salée que deux roues extérieurs canalisent. L'édifice actuel date du début du XIXè, il a été inscrit au titre des monuments historiques en 1987.
 
Moulin a maree de Kervilio le bono Bretagnesite
 
 
 
Croix de Lavarion

 

Croix de Lavarion Le Bono bretagnesite

 

 

 

 
   Cette jolie croix est située au bord de la rue des Goëlands, malheureusement, je n'ai pas plus d'information concernant celle-ci:-(. 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Bono
 
 
 
Le port du Bono
 
     Sa construction a demandé plusieurs étapes, la jetée du port a été construite en 1882, le terre-plein en 1902, et  les quais ont été finalisées en 1916. A cette époque, le port du Bono comptait 400 marins et plus de 100 bateaux que l'on appelait les forbans, ce sont les pendants des sinagots, les bateaux jadis utilisés par les habitants de Séné. Dans les années 30, la crise et l'échec de la motorisation des forbans accentuaient le déclin du port commencé quelques années auparavant. Les nombreux pêcheurs se tournaient alors vers les chalutiers de La Rochelle, de Lorient puis de Concarneau ou vers la marine de commerce. Aujourd'hui, le port du Bono s'est reconvertit en port de plaisance contenant 49 places d'échouage et sur la rivière 360 mouillages dont 23 réservés aux bateaux de passage. Le port permet également par l'intermédiaire de la navette "l'Etoile du golfe" de relier Auray et Port Navalo. Le port est un des lieux de manifestations de la semaine du golfe se tenant tous les deux ans lors de la période de l'ascencion.
 
 
Port du Bono Bretagnesite                     Entree port du Bono BretagneSite 
 
 
Les forbans
 
     Le forban est l'appellation des bateaux utilisés par les marins du Bono au XIXè jusqu'au milieu du XXè. Le nom forban est aussi celui donné par les habitants des communes voisines aux marins du Bono, du fait de leur vie de pêcheur un peu originale. Dès la fin de l'hiver, les marins sortaient en baie de Quiberon sur leurs bateaux non pontées à deux mats, armés du chalut à perche. Durant l'été, les forbans prenaient leurs quartiers au Croisic, au Pouliguen, à Belle Île en Mer et sur l'île d'Yeux. En hiver, la majorité des bateaux restaient échouées bord à bord à l'abri du port.
 
Forban du bono Bretagnesite
 
 
 
Tuiles
 
Tuiles Le Bono BretagneSite     Ces tuiles à l'abandon sont les vestiges d'une époque très florissante pour le Bono, celle de l'ostréiculture. Cette activité a débuté au milieu du XIXè, il s'agit notamment de la culture de l'huître plate dont le Bono fut l'un des berceaux. Les acquéreurs de ces huîtres étaient d'abord les ostréiculteurs de Pénerf puis par la suite, tous les centres ostréicoles de Morbihan. Les huîtres partaient le jour même sur les forbans à destination des parcs d'élevages. L'ostréiculture supplantait l'activité de la pêche au milieu du XXè déja en déclin. En 1974, l'épizootie de Martelia Refringens eut raison de cette culture. Certains ostréiculteurs se sont alors reconvertis à l'élevage de l'huître creuse. En ce qui concerne ces tuiles, elles étaient utilisées pour le captage du naissain (larves d'huîtres), après avoir détaché les jeunes huîtres, les tuiles devaient être grattées afin d'éliminer les débris de chaux de la saison précédente. Percée de deux trous, elles sont ensuite enfilées en bouquet de 10.
 
 
 
Le pont suspendu
 
     Ce magnifique pont enjambe la rivière du Bono. En 1835, la construction d'un pont est décidée au cours du conseil municipal d'Auray. Celui-ci fut achevée en 1840. A cet époque de nombreux ponts furent érigés dans le Morbihan. Celui du bono est une miniature de celui de la Roche Bernard. Il a failli disparaître au début du XXè mais les opposants à sa destruction ont eu gain de cause. Ce pont permettait à l'époque aux habitants de Plougoumelen de se rendre à Auray sans prendre le chaland. Aujourd'hui, le pont est devenu piétonnier.
 
Pont du bono Bretagnesite
 
 
 
Le pont Joseph le Brix
 
     Le pont Joseph le Brix fut érigée en 1969 pour remplacer le pont suspendu qui ne convenait plus au trafic routier devenu plus dense. Le pont porte le nom du célèbre aviateur originaire de la commune de Baden. Il mesure 320 mètres de long et s'élève à 26 mètres au-dessus de la rivière du Bono. Au-devant de la photo, vous apercevez le bateau navette "l'Etoile du golfe" qui se rend au port du Bono. 
 
Ltoile du Golfe Le Bono Bretagnesite
 
 
Rive du Bono
 

jeunes riviere dAuray Le Bono BretagneSite

 

   
 
 
 
 
   Les sentiers du Bono vous proposent de magnifiques ballades ainsi que de vous adonner aux joies du plongeon comme ces enfants

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Statues situées au centre bourg représentant l'ancienne vie des pêcheurs caractérisant le Bono de la moitié du XIXè à la moitié du XXè.
 
 
 statue le Bono Bretagnesite
 
 

LOCMINE

blason locmin

 

 

 

     Locminé se situe dans le département du Morbihan (56) à 29 km au Nord de Vannes. La commune est entourée de celles de Moréac, Bignan, Moustoir-Ac et Plumelin. Locminé est peuplée d'environ 4300 habitants. Ils se nomment les locminoises et locminois.

 

au pont du chat locmine bretagnesite

 

 

Un peu d'histoire:

     Au VIè, Saint Colomban, futur abbé de Luxeuil fondait un monastère sur le territoire. Un siècle plus tard, des disciples de Saint Gildas de Rhuys érigèrent l'abbaye de Saint-Sauveur dit abbaye de Moréac. Le nom de Loc Menech fut donné à cet emplacement, ce nom breton désigne (le lieu des moines). Du XIè au XIVè, plusieurs petits monastères prennaient le préfixe de Loc d'où aojourd'hui le nombre important de nom de villes ou villages en Bretagne commençant par Loch ou Loc. Le nom actuel de Locminé était institué au XVIè. Mais revenons à des temps plus ancien, suite à la visite de Louis le Débonnaire en 818, les moines de Locminé suivirent la règle de Benoît ou l'office divin prenait une place importante mais pas exagérément lourd, notamment elle ne comporte pas de pénitences extraordinaires comme la règle de Saint Colomban. L'abbaye est attaquée et détruite par les normands vers 920. En 1008, Félix, moine de Fleury reconstruit l'abbaye de Saint Gildas de Rhuys et celle de Saint-Sauveur sous ordre du Duc Geofroy 1er. Après le devoir accompli, Félix s'installait à Saint Gildas de Rhuys et conservait celle de Locminé comme simple prieuré, elle le restera jusqu'en 1791. Durant le XIè, de nombreuses maisons s'édifièrent autour de l'abbaye et formèrent un bourg d'où la nécessité (vu la croissance démographique) d'ériger Locminé en paroisse au détriment de Moréac et de Plumelin qui se partegaient jusque là tout le territoire. Quelques siècles plus tard, François Ier rendait visite à la paroisse en septembre 1518. D'octobre 1633 à janvier 1634, la peste ravageait le territoire et Locminé perdit un sixième de la population. Au XVIIIè, la majorité de la population était composée de paysans cultivateurs et d'artisants. Au début de la révolution française, Locminé était devenu une commune dont le territoire de Moustoir-Ac fut séparée. La chouannerie fut importante aux alentours de Locminé d'où l'installation d'une garnison républicaine dans le commune. Lors de la seconde guerre mondiale, Locminé et ses environs connurent de nombreux actes de résistance. En 1944, voulant "nettoyer Locminé" aprés l'attaque du maquis de Saint Marcel, les allemands transportèrent une cinquantaine de prisonniers de Vannes au fort de Penthièvre à Saint Pierre Quiberon, ces derniers furent malheureusement exécutés, dont 25 d'entre eux étaient originaires de Locminé. Lors de son histoire, Locminé a toujours eu un commerce d'une grande vitalité du aussi à son emplacement entre deux importants axes (Vannes-Saint Brieuc et Lorient-Rennes). Depuis les années 60, Locminé s'est industrialisé dans les secteurs du bâtiment et de l'agroalimentaire, le commune a toujours été le pays des marchands de bestiaux qui devaient portés sûrement à l'époque de la maillette sous leurs souliers :-)( référence à la chanson populaire "les gars de Locminé").

 

Etang du bois d amour bretagnesite

 

 

Quelques lieux à visiter:

 

L'église Saint Sauveur:

 

     Cette église originale date de 1976, elle est l'oeuvre de l'architecte nantais Maurice thomas. Aujourd'hui, il n'existe plus aucune trace de l'église paroissal du VIIè ainsi que de l'église du XIè. Un autre bâtiment a été édifié au XVIIè, peut être au même emplacement que ces deux dernières. L'édifice du XVIIè a été restauré maintes fois dont en 1924 et 1925. Une nouvelle restauration devait avoir lieu dans les années soixante dix mais vu l'ampleur et le coût des travaux, l'abbé Landrin, député maire de l'époque, décidait après différents examens, la démolition de celle-ci et de la remplacer par une nouvelle. Toutefois, les façades Nord et Sud de l'église du XVIIè furent conservées, d'où l'originalté du bâtiment actuel qui note un beau mariage entre la modernité et l'ancien. Dans l'actuelle église, se trouve le vitrail de Saint Colomban qui ornait l'ancienne.

 

Eglise saint Sauveur        eglise saint sauveur cote locmine bretagnesite

 

 

La chapelle Notre Dame Du Plasquer:

 

chapelle saint colomban locmine bretagnesite     

 

 

 

   La chapelle date du XVIè, elle est située au centre ville, à l'emplacement d'un ancien lieu de prière. Pendant la révolution, elle a été utilisée comme dépôt matériel ainsi que de temple décadaire, c'est à dire une sorte de culte républicain instaurée aprés l'abolition de la réligion catholique. La chapelle a échappée à la destruction au début du XXè.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ancien prébystère:

 

ancien prebystere locmine bretagnesite

   

 

 

 

     Le bâtiment date du XVIIIè, il est situé au Sud Est de l'église actuel. La date de 1760 est gravée sur la façade. Il ne s'agit pas du prébystère primitif dont on ne sait ou était l'emplacement. Cette bâtisse fut une des plus belles de la ville, et le maire en 1807 installa le curé et une école dans ce bâtiment, d'où le nom d'ancien prébystere.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vestiges de l'ossuaire:

 

ossuaire locmine bretagnesite

 

 

 

 

     Attenant à l'ancienne église, elles furent démontées lors de la destruction de cette dernière. Ce n'est qu'en 1988 qu'elles ont été réinstallées dans le cimetière de Locminé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

facade centre Locmine bretagnesite

 

Le calvaire de la Vrai Croix

 

     Cette magnifique croix celtique a été érigée au XXè en lieu et place d'une ancienne chapelle portant le même nom. Cette chapelle a été construite au XVIIè et détruite en 1937.

Croix celtique locmine bretagnesite

 

 

Calvaire du Pont du Chat:

 

 

 

calvaire du pont du chat locmine bretagnesite

 

 

 

      Ce calvaire date du XVIè, elle servait de borne. Les personne se rendant de Locminé à  se savait sur le bon chemin en voyant ce calvaire. Sur le calvaire, nous pouvons apercevoir l'inscription "Spes Unica" qui signifie unique espérance"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux calvaires dits du petit prêtre:

 

     Les deux calvaires se trouvent sur la route de Baud. Elles datent de 1799, elle ont été érigés en mémoire d'un jeune prêtre nommé Jean-Marie Le Dastumer assassiné durant la révolution française.

 

calvaires du petit pretre locmine bretagnesite

 

 

La fontaine Saint Colomban:

 

     La fontaine se trouve au centre ville sur la place Joseph-Richard. Le monument date de 1631, il est aussi nommé "Fetan guen" en breton, c'est à dire fontaine blanche. La fontaine abrite une statue de Saint Colomban. Saint Colomban ou Colomban de Luxeuil est né en Irlande à Nevan en 540. Il a débarqué prés de Saint Malo en 570, par la suite, il fonda un monastère à Locminé, puis il partit évangilisé les populations campagnardes de la Gaule, d'Allemagne, Helvetie et Italie en manque de repère après les troubles survenus par les différentes invasions. Dans ces nombreuses pélégrinations, Saint Colomban instaure dans chaque monastère les règles de Saint Colomban qui sont assez strictes. Saint Colomban est le patron de Locminé et le vatican l'a également intronisé comme le Saint patron des motocyclistes. Il mourut en Italie à Bobio en 615.

 

fontaine saint colomban

 

La fontaine du square Placide-Kerrand:

 

Fontaine Locmine bretagnesite   

 

 

   

  La fontaine est située à l'entrée Sud de la commune. Elle date du XIXè. La fontaine est érigée à l'emplacement d'une ancienne chapelle qui datait du XVIIé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier Jean:

 

Atelier jan locmine

 

 

 

 


     C'est de cet atelier qu'étaient fabriquées toutes les écluses lors de la construction du canal de Nantes à Brest dans la premi
ère moitié du XIXè. Elles étaient ensuite acheminées en charette jusqu'a leur destination.

 

 

 

 

 

 

La butte de Guistinis ou Quistinic:

 

     La butte se situe au Sud de Locminé à la limite de la commune de Moustoir-Ac. Au moyen-âge, elle faisait office de butte féodal, mais tous les vestiges ont aujourd'hui disparu. De nos jours, elle permet aux habitants de Locminé de s'adooner aux joies de la randonnée et du VTT.

 

guistinc locmine bretagnesite          butte de guistinc locmine bretagnesite